Stage - Le clown : défi d'acteur, défi d'auteur.

Organisé par La Compagnie du Moment - Vincent Rouche

icon-duree Durée

91 h

icon-loc Le Garage Théâtre

235 rue des Frères Gambon
58200 Cosne-Cours-sur-Loire
France

level icon Niveau

Tous

Présentation

"Le clown : défi d'acteur, défi d'auteur" et en sous titre c'est aussi "l’état d’écriture, un geste auguste, le rythme et l’écoute".

Trouver l'état clownesque, vivre l'instant, chaque instant, par une présence à ses propres actions, à son activité en lien avec celles des autres. L'activité, qu'elle soit faite de gestes, de grains de voix, de mots, mais aussi de pensées, d'images, de sensations, qui traversent... C'est une approche très concrète que d'être en lien avec le réel !
Un stage où il est question de développer la capacité d'observer les choses telles qu'elles se présentent, et de se poser la question quant à savoir ce que ça fait là (un geste, un son, un bruit qui vient de l’extérieur, etc.) et surtout ce que ça va devenir. Il est donc question d’être en « état d’écriture ».
Il n'est pas tant question d'avoir des idées à la seconde, mais peut-être plus du traitement des idées, de la transformation de ce qui déjà est là.
« Qu'est-ce que ça va devenir ? » est peut-être une question plus dynamisante que celle que l’on se pose souvent « qu’est-ce que je vais faire de ça ? ».
Trouver un état qui autorise ça, d'avoir ce temps-là, son temps à soi.

Pour toute information complémentaire que vous ne trouveriez pas ci-dessous, nous vous invitons à consulter le site compagniedumoment.com, voire à nous contacter directement via les coordonnées liées à cette proposition, pour en parler de vive voix par exemple.

Modalité de mise en œuvre

Dates : du 19 juillet au 4 août 2023
Durée totale :
13 jours – 91 Heures
Durée hebdomadaire :
35 Heures
Horaires prévisionnels : de 10 h 00 à 18 h 00
Effectif :
min 8 – max 12
Lieu de formation : Le Garage Théâtre, 235 rue des Frères Gambon, 58200 Cosne-Cours-sur-Loire.
Situer le lieu sur Map :
ici.
Interlocuteur
pédagogie : Vincent Rouche, coordinateur pédagogique, formation[@]compagniedumoment.com
Interlocuteur
administration : administration[@]compagniedumoment.com
Accès :
Cliquez ici !

Coût du stage

Le tarif annoncé ci-après est celui pour une demande de financement auprès de l'Afdas. Pour toute autre demande de financement (particulier, Pôle Emploi, etc., merci de bien vouloir consulter la page dédiée sur le site compagniedumoment.com, voire nous contacter pour en parler de vive voix..

Coût par participant en financement formation professionnelle :
Afdas en convention collective : 2948 euros
(Nous appeler avant de faire la demande qui doit se faire de manière spécifique, nous vous donnerons la marche à suivre. Merci.)
Autre (Pôle emploi) : 2275 euros
Coût par participant en financement particulier : 945 euros (une adhésion valable un an est requise de 30 euros) – Total : 975 euros
Financement particulier facilité : n’hésitez pas à nous contacter.

Le stage est en résidence, toutefois l’hébergement et les repas sont à la charge du / de la stagiaire

Attention : participation au fluide.
Pour toutes personnes présentes sur le site, quel que soit le mode d’hébergement (extérieur ou sur site) pendant le stage, il sera demandé 20 euros pour les fluides dans la mise à disposition des sanitaires et de la cuisine. Deux chambres sont disponibles : 50 euros pour la période.
La nourriture est à la charge des participant-e-s, une cuisine est mise à disposition.

Du fait du peu de logements en chambre sur le site, la plupart des stagiaires devront se débrouiller pour le logement : – soit en location, nous vous ferons une liste de logements possibles autour du lieu (type Gites, AirBnB, etc.), – soit en mode camping : un espace de 5000 m², situé derrière le lieu, permettra l’implantation de tentes et de caravanes ou de camions aménagés. Un espace sanitaire est disponible à toutes et tous, ainsi qu’une cuisine collective. Plus de précision à ce sujet, ici, bientôt. Appelez-nous !


Prérequis

Une pratique du théâtre ou du clown de préférence depuis au moins 2 ans.

Lettre de désir, des attentes (nous appeler pour en savoir plus), CV (voir la fiche Comment se préparer ?.
Entretien téléphonique.
Si possible, une rencontre est organisée selon la situation géographique.

Programme
Processus pédagogique

3 étapes : la présentation du stage, le travail au plateau dans une alternance d’exercices et d’improvisation clownesque où l’on questionne la créature, une évaluation du stage et des acquis des stagiaires.

Présentation de la session de formation

– Introduction de l’origine et de la singularité du travail proposé. – Introduction des intervenants et de leur parcours. – Introduction des raisons qui poussent à proposer une telle pédagogie. – Exposition du déroulé et de la progression pédagogique en corrélation avec les objectifs. – Exposition des perspectives de mise en jeu permettant l’évaluation des acquis. – Rappel des buts du stage : cf. objectifs et compétences. Les premières improvisations, individuelles, permettront de faire un point pour chacun-e quant à la manière de situer le travail, à cerner les outils utilisés, à l’usage de soi sur la scène au service de l’écriture au plateau, aux règles intuitives ou pas qui sont déjà en place qui concernent notamment l’occupation de l’espace, la gestion de son propre corps, l’usage du langage adopté, l’image que l’on se fait de l’acte clownesque.

Travail au plateau

À partir d’exercices liés à l’usage de soi, au corps en mouvement, au souffle et à la voix, mais aussi à la présence en scène à soi, à l’autre, au public, et plus largement à l’environnement, nous travaillerons à retrouver le potentiel créateur et poétique. Le travail au plateau est en solo, en duo, en trio, et jusqu’à un travail choral, si le temps le permet. À l’instar de la vie quotidienne, il est question de trouver une existence forte dans le groupe. De comprendre et intégrer comment être seul, profondément, mais ensemble. Comment rester proche de soi, dans un rapport incessant entre le monde du dedans et celui du dehors ? Comment faire du lien entre les mondes visible et invisible, et être en mesure de rendre l’invisible visible ? Dans la vie quotidienne, la plupart de nos actions ont un caractère d’automatisme et d’habitude. Nous ne pensons plus ce que nous faisons. Nous savons, par exemple, que nous nous levons et que nous nous assoyons, mais nous ne savons pas ou plus comment. L’usage de soi nous échappe. Au quotidien du plateau, il nous faut retrouver la conscience. Pour ce faire, observer ce qui est, gestes, grains de voix, mots, etc., comme ça se présente. Faire la différence entre l’observation pure et simple de ce que nous percevons et les interprétations, les projections que nous sommes constamment tentés de faire à partir de nos perceptions. Questionner ce qui se dessine, gestes, grains de voix, mots, phrases, et ouvrir le sens. Guetter ces endroits où nous fermons le sens, en ne laissant que ce qui semble convenu, évident, prendre place comme seul chemin possible. Ouvrir le sens, c’est-à-dire, d’une action à la suivante, questionner les sens possibles, le cours de l’histoire qui se raconte. Pour cela, il est question de faire la différence entre une conscience qui prend corps en amont, dans le courant ou en aval de nos actions (je pense ce qui va advenir et j’en pressens les effets avant d’agir ; je m’aperçois de ce qui arrive dans le courant de l’action ; ce qui s’est passé m’est révélé à postériori, parce que de l’extérieur quelqu’un me restitue l’action). Être conscient ne suffit pas. Donner à voir la conscience de la conscience est nécessaire. Être capable de donner à voir et à entendre, qu’on a vu et/ou entendu. Alors nous avons le choix. Sans faire système de rien, nous pouvons effectivement décider de donner à voir et à entendre, ou pas. Mais, plus le travail d’une conscience en amont existe, plus le choix devient large. Comment faire pour que l’idée n’en reste pas à l’état d’idée ? Nous marchons dans la rue. Généralement, nous n’avons pas particulièrement conscience de la manière dont nous marchons. Les choses sont automatiques. Nous marchons. Nous allons d’un point à un autre. Une créature clownesque ou théâtrale, Bozo le clown ou Lady Macbeth, se déplace, marche dans l’espace fictionnel sur la scène. À l’instar d’une personne qui marche dans la rue, la créature ne se rend compte de rien. Elle est là, elle existe, mais elle ne s’occupe pas de savoir ce qu’elle fait ni comment. En revanche, derrière la créature, derrière le nez du clown, il y a quelqu’un, une personne, actrice, acteur, qui elle se doit de savoir ce qu’elle fait et comment. Non seulement elle doit avoir conscience de ce qu’elle produit, de ce qu’elle donne à voir et à entendre, mais elle doit aussi être capable, si le besoin s’en fait sentir, de donner à voir la conscience. Dans un jeu de société, aux échecs par exemple, le joueur connaît les règles et rien n’est automatique. À chaque déplacement de pièce, il doit reconsidérer l’ensemble du plateau et penser les possibilités multiples de mouvement, pour finalement n’en choisir qu’une qui va déterminer la suite du jeu dans son ensemble. On ne s’attend pas à ce que le partenaire va produire comme mouvement, quand bien même certaines séquences sont connues. Et c’est le mouvement des pièces qui donne à voir la lecture que l’on a de ce qui se trame. De l’histoire qui se raconte. C’est le résultat du travail de pensée qui devient visible. On donne à voir la vie du dedans. Ce qui se passe sur un plateau de théâtre est très proche, ou devrait l’être. Pas d’automatisme, de la pensée rendue visible. Nous, public, nous regardons la créature, mais en même temps, vous regardons la personne qui joue. Nous voyons qu’elle joue, mais nous croyons à ce qu’elle donne à voir et à entendre. Ce qu’elle donne à voir et à entendre c’est la créature, c’est le poème. Il n’y a que ça. La créature, l’histoire qui se raconte, n’est visible que par ce qui est donné à voir et à entendre. Rien de plus. Nous seulement ce que la personne a décidé consciemment de rendre visible, mais aussi ce qui est devenu visible parce que ça a échappé. Ce qui est resté invisible ne nous parvient pas. Mais il arrive souvent qu’il y ait confusion. La lecture concrète de ce qui est effectivement donné à voir et à entendre nous guide et, d’une action à la suivante, l’écriture prend corps. Dans ce qui est donné à voir et à entendre, nous pouvons suivre les méandres, les déambulations de la pensée de celle, celui, qui façonne l’histoire qui se raconte. Il y a du lien entre la vie intérieure de l’actrice, de l’acteur et la vie du dehors, tout devient visible. Des outils multiples seront là pour nous y aider. Nous prendrons garde de n’en faire aucun système, de ne rien dogmatiser. Nous chercherons la liberté à travers la règle. Le formateur doit devenir dispensable. L’actrice, l’acteur, doit trouver son chemin d’autonomie.

Évaluation

Les acquis théoriques et pratiques (par le travail au plateau) feront l’objet d’un processus d’évaluation continue durant tout le déroulé de la formation et en lien avec les objectifs pédagogiques. Un regard attentif sera porté sur l’engagement du stagiaire tout au long du processus de travail. Un bilan pédagogique de la formation et des stagiaires, d’au moins deux heures, sera réalisé le dernier jour du stage, avec l’ensemble des participant-e-s et les intervenants.

clock-icon Dates de début - fin

Du mercredi 19 juillet à 10h00 au vendredi 04 août à 19h00

info-icon Prise en charge

Possible

icon-flag Langues

Français


icon-house Résidentiel

Hébergement seul

50.00 €

icon-price Prix (TTC)

2,948.00 €


icon-diamond Art du clown (spécialité)

Autre spécialité

Improvisation

icon-contact Contact programmateur

[email protected]

+33603205502

Stage - Stage clown et impro en Haute Savoie

Organisé par Rémy Leprévot et Virgnie Sandgreen

Publié le 23/05/2024

duration icon Durée 30 h

localisation icon Localisation Saint-Jean-de-Sixt, Haute-Savoie, France

level icon Niveau Tous

Voir cette formation

Stage - du Masque neutre au Clown / 29 - 30 juin & 1er juillet

Organisé par la cie du nez en moins / Dirigé par Catherine Mongodin

Publié le 11/05/2024

duration icon Durée 18 h

localisation icon Localisation Paris, , France

level icon Niveau Tous

Voir cette formation

Stage - "Ensauvagé", Clown qui relie, Juillet 2024

Organisé par Thibault Vannier et Patricia Montorier

Publié le 07/05/2024

duration icon Durée 35 h

localisation icon Localisation Saint Point, Saône et loire, France

level icon Niveau Tous

Voir cette formation

Partager sur les réseaux

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus